CAEDAD : l’UNSA s’oppose, seule, aux projets de décret statutaire au CTM

publié le 30 octobre 2014 (modifié le 30 août 2017)

Le CTM de ce jour a examiné 2 projets de décret visant à :

- réduire les conditions d’ancienneté pour accéder à l’emploi fonctionnel (passage de 13 à 10 ans en catégorie A et de 4 à 3 ans dans le grade d’APE)
- allonger le déroulement de la carrière sur l’emploi par création de 2 échelons supplémentaires ( soit 3 ans de plus ).

L’UNSA a été la seule organisation syndicale à voter CONTRE ces deux projets pour les raisons détaillées dont vous pourrez prendre connaissance dans la déclaration ci-jointe.

L’expert désigné par l’UNSA ( Robert BAYLOCQ- Secrétaire national de l’UNSA-UPCASSE ) a donc détaillé les raisons du vote de l’UNSA.

Outre notre opposition affichée depuis plusieurs mois aux nouvelles règles de gestion de l’emploi de CAEDAD que nous avons évoquées à plusieurs reprises vis à vis de la DRH, nous avons démontré que ces textes conduisaient à une vraie régression sociale et un véritable marché de dupe.
Ils vont conduire à un net décrochage avec nos collègues de la filière technique pour lesquels les accès à leur emploi étaient déjà plus rapides.
Où est l’équité de traitement que nos ministères ne cessent de rappeler à longueur de temps ? …

Une occasion aussi de faire part de notre mécontement face à la baisse du nombre de postes de promotion au principalat pour 2015 ( - 25 par rapport à 2014 ) et de la manière scandaleuse par laquelle notre Ministère tient en estime si l’on peut dire, les cadres administratifs.
Nous aurons l’occasion de revenir plus en détail sur cette baisse du nombre de postes au grade d’APE.

Force est de constater que la DRH a été bien en peine d’apporter des réponses claires et crédibles … bien embarassée pour défendre ce projet au regard des acquis obtenus par nos collègues du MAAF, par exemple …

Bien dommage que les autres OS ( CGT, CFDT et FO ) n’aient pas voté contre, préférant s’abstenir, car en application des nouveaux textes de dialogue social, l’administration aurait été tenue de représenter les projets de texte et d’expliquer à la DGAFP que la mission était plus délicate que prévue au MEDDE …pour se conformer à "leurs ordres " quand d’autres ministères pourtant adhérents au CIGEM savent subtilement négocier les moyens de s’en affranchir.