CIA, revalorisation IFSE, rémunération des intérims : il faut patienter un peu…

publié le 4 mai 2018 (modifié le 7 mai 2018)
En réponse à plusieurs de nos courriers adressés à l’administration et revendications rappelées régulièrement auprès de nos interlocuteurs, tendant à dénoncer le gel indemnitaire imposé à tous les personnels passés au RIFSEEP depuis l’année 2016 (nous en sommes à notre troisième année de gel indemnitaire désormais !!), tendant aussi à réclamer la fin des iniquités de traitement entre les personnels soumis au RIFSEEP et les autres, au sein des mêmes ministères, alors que les fonctions occupées sont similaires (fongibilité des postes), tendant enfin à obtenir le rétablissement d’un dispositif alternatif digne de ce nom destiné à rémunérer les intérims, tant passés que futurs, nous avons été destinataire d’une réponse de Madame la Secrétaire Générale de nos ministères, en date du 19 avril 2018.
 
Nous vous proposons d’en prendre connaissance :
reponse sg 19 04 2018 (format pdf - 322 ko - 04/05/2018)


L’administration indique notamment que "la mise en place d’un CIA est un objectif important pour l’évolution du RIFSEEP". Ainsi, un CIA serait donc bien à l’étude, ce qui avait été évoqué par le DRH lors d’une précédente réunion.

Mais alors, quel sera le périmètre de ce CIA ? Qui en seront les bénéficiaires ? Quand sera t-il mis en œuvre, dès 2018 ou seulement plus tard ? Le CIA destiné à compenser les intérims laissera t-il suffisamment de marge de manœuvre budgétaire pour verser aussi du CIA au personnel (hors intérims) ayant atteint leurs objectifs professionnels ?

Beaucoup d’autres questions restent aussi sans réponse : comment valoriser les changements de postes à l’intérieur d’un même GF ? Comment sera revalorisée l’IFSE à partir de 2020 (clause de révision au bout de 4 ans) ?

Une chose est sûre : l’UNSA-UPCASSE continuera d’agir pour obtenir rapidement un RIFSEEP ambitieux, valorisant, encourageant la mobilité et récompensant l’engagement individuel des personnels que l’on sait pourtant mesurer au quotidien.

Car les cadres en particulier, et tout le personnel en général, ne comptent pas leurs heures !

A titre d’illustration, il y a eu 152.000 heures écrêtées en 2016 rien qu’au niveau des personnels de l’administration centrale. Cela équivaut à 94 ETP d’économisés sur le dos des personnels… A noter que 80% de ces heures supplémentaires écrêtées ont été réalisées par les cadres.

En remerciement, l’administration n’a toujours pas mis en place de CIA digne de ce nom depuis 2016…

Et on nous parle de développer la rémunération au mérite au profit des fonctionnaires (cf.projet AP2022) ? De qui se moque t-on ?…