Compte personnel de formation et de développement des compétences dans la fonction publique : le flou demeure !

publié le 25 juillet 2017 (modifié le 31 août 2017)

L’UNSA-UPCASSE a participé, le 23 juin dernier, à Paris, à une rencontre thématique organisée par l’Ecole du Management et des RH ( rattachée à la DGAFP). sur le Compte Personnel de Formation ( CPF) et développement des compétences dans la fonction publique.

Cette rencontre était organisée sous forme de tables rondes :

1- Le compte personnel de formation dans la fonction publique : un levier d’accompagnement des transitions professionnelles

2- Vers une plus grande individualisation des parcours de formation

Les interventions ont fait ressortir le principe du droit à la formation universelle et à sa portabilité ainsi que quatre niveaux de formation ouverts aux agents publics :

a) les formations prévues au plan de formation de chaque département ministériel
b) les formations prévues par d’autres département ministériels appartenant au même versant de la fonction publique,
c) les formations proposées par un autre versant
d) les formations qualifiantes donnant accès à un emploi du secteur privé.

Ont été évoqués : l’articulation du CPF avec les autres droits (validation des acquis de l’expérience, bilan de compétences, préparation aux concours…), la création d’un fond mutualisé fléché sur le CPF pour les formations des agents les moins diplômés, l’organisation "à marche forcée" d’une grande DRH Etat portée par la DGAFP et le déploiement de plans de formation régionaux sous l’égide des préfets de régions.

A été présentée la plate-forme CPF propre à la fonction publique qui donne à la fois accès aux droits à la formation de l’agent public et aux formations éligibles. https://www.moncompteactivite.gouv....

Un guide d’accompagnement à la mise en œuvre du CPF dans la fonction publique est sur le point de paraître.

Point de vue de l’UNSA-UPCASSE  :

Il s’agit d’un dispositif aux ambitions louables, mais dont la mise en œuvre demeure encore assez floue.
Comment sera t-il concrétisé au sein de notre ministère ?
Comment s’articulera sa gouvernance entre les différents acteurs impliqués ( entre, par ex, le préfet de Région en charge de la stratégie régionale interministérielle de formation et les CVRH, entre les départements ministériels et la "grande DRH interministérielle " qui vient d’être annoncée ?).

Nous n’avons connaissance ni de bilan ni d’ évaluation entrepris sur le DIF ( droit individuel à la formation ) instauré en 2007. Par ailleurs, y a t-il eu ou y aura t-il une cartographie des métiers qui sont en voie de disparation, menacés ou en tension au sein de nos ministères, au delà de la note du SG sur les métiers juridiques http://circulaire.legifrance.gouv.f... ?

Sait on combien d’agents qui , en raison de l’exercice de métiers pénibles et de l’ inaptitude physique ou psychique qui pourraient en résulter, auront un droit d’accès prioritaire à des formations certifiantes et diplômantes ?

Sans ces bilans préalables, comment garantir que le CPF sera un outil plus adapté aux besoins, compétences et profils des agents de MTES-MCT et comment être assurés de son efficacité et de sa performance sur le parcours professionnel et le développement de la carrière des agents ?

Beaucoup de questions sur un sujet qui au sein de nos ministères n’a pas encore fait l’objet d’échanges avec les représentants du personnel.

Affaire à suivre… de près.