Indemnitaire et intérims : le DRH apporte plusieurs réponses à notre courrier du 22 novembre 2018… mais l’art de l’esquive de la DRH atteint des sommets !

publié le 5 avril 2019 (modifié le 10 avril 2019)

Par un courrier du 22 novembre 2018, nous avions souhaité attirer l’attention du DRH de nos ministères sur plusieurs de vos préoccupations entourant les dispositifs indemnitaires, au sujet de l’IFSE, du CIA, des intérims, etc.

Nous vous proposons de prendre connaissance du courrier de réponse du DRH :
courrier sn upcasse 2018 11 22 pour drh rifseep et interims reponse drh 2019 02 27 (format pdf - 2.1 Mo - 05/04/2019)

Plusieurs orientations importantes sont présentées par le DRH dans ce courrier, et nous attendons avec impatience de pouvoir participer aux différentes réunions de travail qui sont annoncées, pour défendre au mieux vos intérêts et faire part de vos attentes sur ces sujets.

Mais en même temps, à bien y regarder, que découvre t-on dans ce courrier ?

Nous découvrons un courrier dans lequel la DRH ne prend pas ses responsabilités, sur de trop nombreux sujets soulevés et propositions formulées par votre syndicat !

Lorsqu’il s’agit de décider seul de règles ministérielles défavorables aux agents, notre DRH sait prendre son autonomie vis-à-vis de la DGAFP (regardez par exemple le sort fait à la révision de l’IFSE en cas de mobilité : aucune révision n’est possible au sein de nos deux ministères si on ne change pas de GF, à l’inverse des règles régissant l’IFSE aux ministères de l’Intérieur, aux Affaires Sociales, à l’Éducation Nationale…).

Par contre, lorsqu’on demande de rapidement organiser des réunions de travail pour définir nos futures règles de ré-examen quadriennal, il n’y a plus personne… et on nous renvoie vers la DGAFP.

En matière de CIA, on devrait donc aussi se contenter d’un satisfécit du bon taux de notification des CREP. Sauf que…, et il ne faut pas avoir fait math’sup’ pour le comprendre, cela signifie que 22% des personnels de nos ministères n’ont pas eu de CREP, voire pas d’entretien annuel du tout. Nous ne sommes guère surpris, car nous savons la réalité des choses sur le terrain. Sauf que… le CIA repose alors sur quelle appréciation objective et contradictoire de la manière de servir, pour ces collègues dépourvus de CREP ?

Même observation concernant notre proposition, a priori assez pertinente au vu des réactions que nous avons pu avoir à ce sujet auprès de plusieurs collègues intervenant dans les RH et sur des postes de SG, de mettre en place un système de rémunération des (trop nombreux) intérims assurés par les cadres (parfois deux intérims simultanés imposés à un même Attaché, en sus de son poste initial, nous avons des cas précis qui nous sont remontés !) basé sur un transfert (au moins partiel…) de l’IFSE budgétairement affecté au poste qui s’avère être finalement vacant en cours d’année budgétaire…

Enfin, aucun début de commencement de réponse sérieuse non plus sur le scandale des intérims effectués par nos collègues avant l’abrogation de la note de gestion des intérims (voir nos nombreux articles à ce sujet…), qui avaient effectué le job et qui attendent toujours d’être payés ! Nous allons donc continuer à exiger des dédommagements et inciter les recours car cette situation de non-droit est intolérable et indigne.

Bref, même si les réponses apportées par la DRH à nos courriers sont éclairantes et essentielles au dialogue social, force est de constater que les réponses a priori précises cachent en fait des postures d’esquive et de fuite devant les sujets d’attente précis que vous êtes très nombreux à nous faire remonter…

Affaire à suivre…