Les entretiens de recrutement pendant le confinement ? Exercice compliqué mais pas impossible d’après le témoignage de quelques collègues qui ont été amenés à tester plusieurs méthodes…

publié le 11 mai 2020

La période de dépôt des candidatures dans le cadre du cycle de mobilité 2020-09 est terminée. Désormais, conformément au calendrier prévu, les dossiers vont être adressés par les services recruteurs à la DRH.

Les candidat(e)s à la mobilité se sont retrouvé(e)s dans un scenario très particulier cette fois-ci puisqu’il s’agissait de se présenter et de mettre en valeur ses qualités, ses compétences et sa motivation tout en respectant le confinement national, donc sans pouvoir envisager de rencontrer ses potentiels futurs collègues et sa hiérarchie, et sans pouvoir non plus appréhender son futur cadre de travail (locaux, bureau, accessibilité, etc.).

Plusieurs collègues Attaché(e)s nous ont témoigné de leur expérience de "candidature en mode confinement", et nous vous proposons de découvrir certains de leurs témoignages

Passer des entretiens de recrutement téléphoniques pendant le confinement montre à quel point il est "confortable" de pouvoir réaliser un entretien en présentiel !
Outre l’absence de communication non-verbale, j’ai dû composer avec un réseau mobile de qualité médiocre ainsi que les "interventions" de mon jeune enfant, ce qui a pu donner lieu à des situations plutôt cocasses !
Fort heureusement, les recruteurs, dont certains sont dans des situations similaires, peuvent tout à fait comprendre que l’entretien ne peut pas se tenir dans des conditions "normales". Poser le cadre avec franchise et une pointe d’humour m’aura permis que les entretiens se déroulent au mieux dans ce contexte inédit !
Pour décrocher une mutation cette année au titre du cycle unique 2020/9, il fallait être sacrément motivé et ne pas avoir peur de tester de nombreux modes de communication à distance.
Le report très limité – d’à peine 15 petits jours – dudit cycle ne permettant pas de repousser la date boutoir pour déposer un PM 104 au-delà de la période de confinement, a rapidement signifié que l’intégralité du processus de recrutement se déroulerait de toute façon, mais à distance.
Dans ce contexte très particulier, j’en ai notamment retenu que pour parvenir à décrocher des entretiens de recrutement, il vaut mieux :
• Ne pas habiter dans une zone blanche ou subissant un débit trop limité ;
• Disposer d’un bon ordinateur portable (pro et/ou perso) sur lequel télécharger tout un tas d’applications de visio : TEAMS, ZOOM, WhatsApp
• Ne pas s’énerver trop ostensiblement quand la connexion saute, revient, repart, revient… pour finalement disparaitre en plein entretien !
• Ne pas hésiter à couper la visio pour ne garder que l’audio (on aurait peut-être pu le faire directement au téléphone…)
En l’absence de méthode unifiée, chaque recruteur choisissait ses propres outils selon ses considérations propres que l’on ne maîtrise pas.
L’entretien visio de recrutement, surtout à 3 ou 4 personnes, diffère considérablement du relationnel en entretien présentiel. Il faut s’accoutumer au décalage constant entre le son et l’image et le risque de se couper involontairement mais fréquemment la parole est avéré. C’est là que l’habitude du fonctionnement en visioconférence peut représenter un avantage non négligeable.
De nombreux recruteurs font passer un 1er tour pré sélectif d’entretiens avant de ne retenir que les candidats présélectionnés pour un second entretien qui peut se dérouler avec d’autres outils de visio et avec de nouveaux interlocuteurs.
Enfin, si vous avez réussi à survivre à tous ces écueils, on peut raisonnablement penser que vous avez bien mérité votre mutation au 1er septembre 2020 même si elle se matérialisera peut-être malheureusement par une arrivée dans vos nouveaux bureaux « masquée » et à distance de vos nouveaux collègues mais ce sera là votre prochain challenge d’intégration à relever !
Le premier contact avec le service recruteur se fait par téléphone. Je joins le chef d’unité dont le nom est mentionné sur la fiche de poste publiée. J’obtiens un grand nombre d’informations pour mieux comprendre l’environnement professionnel, les attendus, à ce stade, rien de très différent de ce qui se serait produit dans "la vie normale", sans confinement, sans Covid-19… Il est convenu que je lui adresse un CV et que je prenne contact avec l’actuelle titulaire du poste pour conforter ou non mon intérêt pour le poste.
Après un échange de mails, c’est par téléphone que je joins la titulaire du poste pour avoir des informations précises concernant les missions, l’organisation du travail, les difficultés éventuelles que le poste amène à rencontrer. Le téléphone permet d’échanger, de manière efficace et adaptée.
Dans un troisième temps, je redonne signe de vie au chef d’unité pour confirmer mon intérêt pour le poste. Nous convenons d’une date pour un entretien en bonne et due forme sur mes parcours, ma motivation, ma compréhension du poste. L’entretien a lieu par téléphone.
A l’issue de cet échange, plutôt concluant pour les deux parties, il est convenu que j’adresse au chef d’unité mes trois derniers CREP et que je me rende disponible quelques jours plus tard pour un ultime entretien avec le chef de service et son adjointe. L’entretien a lieu par téléphone. Les échanges sont fluides, aucun problème technique n’est à déplorer.
Au final, les échanges se sont faits par mails et par téléphone, nous n’avons pas eu recours à la web/visioconférence, jugée superflue par mes interlocuteurs comme par moi-même. Cette façon de faire n’a pas perturbé la qualité des échanges, même si le fait de ne pas rencontrer ses futurs collègues de travail est un peu particulier. En principe, cela sera possible dans quelques semaines !